2020

Des entreprises Haut-Rhinoises engagées en faveur de l’emploi pour tous

 
 
Mercredi 12 février a eu lieu, à la CCIChambres de commerce et d'industrie de Colmar, le lancement du dispositif Entreprises inclusives en présence de nombreux acteurs économiques et de M. Emmanuelle Girod, responsable de l’unité départementale du Haut-Rhin de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTEdirection régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi) Grand Est, représentant M. Laurent Touvet, préfet du Haut-Rhin.
IMG_9783-min
“Le Haut-Rhin, une chance” : un club d’entreprises pour faire tomber les barrières :

Si entrepreneurs, chefs d’entreprises et représentants des services de l’État se sont réunis à la CCIChambres de commerce et d'industrie de Colmar mercredi, c’était pour officialiser le lancement du dispositif Entreprises inclusives sur l’ensemble du département.

L'objectif de cette initiative est de valoriser les engagements de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) afin de favoriser le développement d’entreprises plus inclusives. Ce dispositif vise à réunir 100 entreprises dans le Haut-Rhin et 10 000 à l’échelle nationale.

Logo-La-France-une-chance-HAUT-RHIN-1

Plus concrètement, ce programme s’est traduit par la création d’un nouveau club d’entreprises, Le Haut-Rhin, une chance, réunissant des chefs d’entreprises et des structures souhaitant développer un nouveau modèle entrepreneurial en créant les conditions d’une croissance inclusive à même de concilier
l’économique et le social et de permettre à une grande diversité de profils d’intégrer leurs équipes tout en assurant une bonne efficacité économique, favorisant ainsi l’insertion professionnelle de tous.

IMG_9794-min
Un fonctionnement adaptable pour permettre la participation de tous :

L’engagement des entreprises est volontaire : chaque entreprise construit sa feuille d’engagements
et met l’accent sur les dispositifs et/ou sur les publics qui lui conviennent le mieux afin de tenir compte des spécificités de chacun.

Dans cette démarche non contraignante, les entreprises ont la possibilité de s’engager sur une grande diversité d’actions :

  • Stages de 3ème pour les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) ;
  • Contribution à l’orientation et aux « parcours avenir » de découverte de l’entreprise ;
  • Accès de tous les jeunes à l'apprentissage et à l'alternance, en particulier jeunes des QPV et jeunes en situation de handicap ;
  • Réalisation de parrainages ;
  • Accompagnement et recrutement de jeunes issus de parcours d’insertion mais aussi des réfugiés (programme Hope, etc…) ;
  • Partenariats renforcés avec les réseaux de l’inclusion et de l’IAE (accompagnement, formation, recrutement) ;
  • Accompagnement et recrutement de travailleurs handicapés ;
  • Recrutement dans le cadre de l’expérimentation « emplois francs » ;
  • Formation et insertion dans l’emploi de personnes (dont jeunes) placées sous main de justice
  • Mise en place de démarches innovantes en faveur de « l’emploi/inclusion » ...
Un état engagé et facilitateur :

L’État s’engage fortement dans cette démarche, s’imposant comme un facilitateur de choix pour le bon déploiement du dispositif : interlocuteur principal de l’entreprise, il déploiera les outils nécessaires à l’accompagnement de tous et fera remonter, le cas échéant, les problèmes administratifs à résoudre.

IMG_9799-min