2020

Dessenheim : hommage au commandant Marin la Meslée, 75 ans après sa disparition

 
 
Dessenheim : hommage au commandant Marin la Meslée, 75 ans après sa disparition

Le 4 février 2020, jour anniversaire de sa disparition en service aérien commandé, Laurent Touvet, préfet du Haut-Rhin, a rendu hommage à l’aviateur français Edmond Marin la Meslée, mort à Dessenheim en 1945.
 

La cérémonie s'est déroulée au pied du monument « l’Étoile », entre Dessenheim et Rustenhart, mémorial érigé en l’honneur du commandant Edmond marin la Meslée.

Laurent Touvet, préfet du Haut-Rhin a présidé cet hommage, en présence de Philippe Marin la Meslée, fils de l'aviateur et de sa famille.

Le colonel Yann Bourion, commandant la base aérienne 133 de Nancy-Ochey, le commandant Lionel Monnot, commandant l’escadron de chasse 2/3 Champagne, les équipes municipales de Dessenheim et de Rustenhart et l’association nationale des officiers de réserve de l’armée de l’air (ANORAA), se sont également recueillis sur le site pour le soixante-quinzième anniversaire de la mort du pilote.

Lors de la commémoration, la médaille militaire et la croix de la valeur militaire ont été remises à deux aviateurs afin d’honorer leur métier difficile et la réussite de leurs missions.

Pour clore la cérémonie, cinq gerbes ont été déposées par les instances militaires et civiles.

Un grand pilote de la Seconde Guerre Mondiale

Né le 5 février 1912 à Valenciennes, Edmond Marin la Meslée rejoint l’armée de l’Air en 1931.

MarinLaMeslee

Major de sa promotion, il intègre le 2ᵉ régiment de chasse de Strasbourg. En 1939, il rejoint enfin l'escadrille SPA 67 et devient lieutenant et commandant en second. Durant la guerre, il se démarque grâce à ses nombreux exploits en tant que pilote de chasse, et remporte un total de 16 victoires aériennes.

À la veille de ses 33 ans, le 4 février 1945, Edmond Marin la Meslée, commandant du groupe de chasse « Champagne », décolle pour sa 232ᵉ mission, à la tête d’un dispositif de 11 appareils P47. A son 1er passage, le bombardement est réalisé avec succès et un mitraillage des routes menant au Rhin est entrepris.

À son second passage, une colonne d’avions allemands le bombarde et son P47 est touché de plein fouet par un obus de 20mm. Le commandant et son avion s’écrasent dans un champ entre Rustenhart et Dessenheim, au lieu où est érigé le monument à sa mémoire.

As de l'aviation française le plus titré de la campagne de France avec seize victoires aériennes confirmées remportées entre janvier et juin 1940, le commandant Edmond Marin la Meslée a été enterré à Dole fin février 1945.