Communiqués 2020

Fête de l’Aïd-al-Adha (ou Aïd-el-Kébir) : Dispositions sanitaires et réglementaires

 
 
Communiqué de presse du 24 juillet 2020
 

La fête religieuse musulmane de l’Aïd-al-Adha (ou Aïd-el-Kébir) débutera cette année le vendredi 31 juillet 2020, pour une durée de 3 jours.

À cette occasion, les services de l'État, en lien avec les associations et les représentants du culte musulman, veillent à ce que les fidèles qui souhaitent participer à cette célébration puissent le faire dans les meilleures conditions.

Cette année, en raison de la situation sanitaire liée au COVID-19, les gestes barrières permettant de limiter la circulation du virus devront être impérativement respectés. Les rassemblements dans l’espace public, en particulier autour du site d’abattage agréé de Cernay, devront être limités et les distances physiques respectées, sous la responsabilité des responsables de site. Il conviendra également de porter un masque de protection, y compris lors des cérémonies religieuses.

Un abattoir est agréé dans le Haut-Rhin, à Cernay. L’abattage rituel ne peut concerner que des animaux préalablement réservés. Chaque mouton et chaque chèvre vivant avant l’abattage, puis chaque carcasse après l’abattage, sont inspectés par les agents vétérinaires de l’État. Un approvisionnement en carcasses de moutons est également possible auprès des boucheries spécialisées.

Le préfet du Haut-Rhin rappelle également que seul le sacrifice par des personnes dûment habilitées et certifiées dans l’abattoir de Cernay est autorisé, et que cette fête doit être célébrée dans le strict respect des règles sanitaires, environnementales et de protection du bien-être animal.

Par décision du préfet du Haut-Rhin, les transportsde moutons et de chèvres par les particuliers sont interdits du 24 juillet au 7 août 2020, sauf dans les cas suivants :

  • le transport à destination de l’abattoir de Cernay et à destination des établissements de soins vétérinaires ;
  • le transport entre deux exploitations dont l’activité d’élevage a été déclarée à l'établissement départemental ou interdépartemental de l'élevage (EDE-Chambre d'Agriculture) ;
  • le transport vers un centre de rassemblement déclaré à l’établissement départemental de l'élevage et agréé par la DDCSPPdirection départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations ;
  • le transport au sein d’une même exploitation.

Enfin, dans tous les cas, le transport des moutons et chèvres doit être justifié par un document de circulation conforme à la réglementation et notifié à l’établissement départemental d’élevage.

Les services de l’État seront particulièrement attentifs au respect de la réglementation et relèveront tout manquement. Toute infraction à ces dispositions expose les contrevenants à des poursuites pénales initiées par les services de police ou de gendarmerie.

Pour rappel, l'abattage clandestin est un délit passible de 15 000 € d'amende et de 6 mois d'emprisonnement.