1.2 - Comprendre le handicap pour améliorer l'accessibilité

 

La notion d’accessibilité concerne tous les handicaps et non uniquement le handicap moteur.

Au sens de l'article 2 de la loi 2005-12 du 11 février 2005 : « Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

Des aménagements sont non seulement nécessaires pour les usagers en fauteuil roulant mais plus largement pour les personnes à mobilité réduite (PMR) comme les personnes atteintes d’une déficience visuelle ou auditive, ainsi que celles atteintes d’une déficience cognitive ou psychique.

Sont également considérées comme PMR, les personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer de manière provisoire ou permanente, les personnes de petite taille, les personnes âgées, les femmes enceintes, les personnes transportant des bagages lourds et les personnes avec enfants y compris enfants en poussette.

Un des principaux apports de la loi du 11 février 2005 est de prévoir l’accessibilité à tous les types de handicap.

Les besoins des personnes sont très différentes selon les types de handicap : ci-après, à titre d’exemples quelques besoins particuliers.

Le handicap moteur ou physique :

Le handicap moteur est la conséquence d’une atteinte de la motricité. Cette déficience motrice entraîne une réduction de la motricité globale de la personne, se traduisant par une atteinte totale ou partielle de sa mobilité et notamment sa capacité à se déplacer ou à maintenir une posture. La personne ayant une déficience motrice est limitée dans l’exécution de certains mouvements ou gestes.

Difficultés

  • Stationner debout sans appui,
  • Se déplacer sur les sols meubles, glissants ou inégaux, franchir des obstacles, des dénivelés,
  • Les passages étroits,
  • Atteindre et utiliser certains équipements (poignées de portes, guichets, toilettes, automates...),
  • Se déplacer sur de longues distances.

Besoins

  • Exigences spatiales avec définition de la manœuvre du fauteuil roulant, des espaces de repos et d’accès aux équipements,
  • Exigences de stationnement adapté (nombre, caractéristiques, boxes de stationnement),
  • Escaliers aménagés y compris si présence d’ascenseur,
  • Exigences d’accessibilité des celliers et caves,
  • Exigences d’usage des portes (atteinte des poignées, force des ferme-portes) et des équipements des parties collectives et privatives.
  • Logement adaptable des pièces de l’unité de vie dès la construction, caractéristiques des escaliers intérieurs des duplex, accessibilité des terrasses, balcons, loggias.

Le handicap visuel :

La déficience visuelle (atteinte du champ visuel ou de l’acuité visuelle) peut aller jusqu’à la cécité. Le champ visuel étant réduit, les déplacements et la localisation des espaces peuvent se révéler difficiles et l’orientation ainsi que la prise de repères nécessitent des efforts de recherche visuelle et de concentration importante.

Lorsque l’acuité visuelle est diminuée, les contrastes et les reliefs sont peu perceptibles et les distances sont généralement mal appréciées. Les couleurs sont atténuées et les objets sont perçus dans un flou uniforme.

En cas de cécité, la personne en situation de handicap visuel est non voyante.

Difficultés

  • Accéder à l’information pour se repérer et s’orienter,
  • Détecter des obstacles lors du déplacement.

Besoins

  • Exigences de guidage dans le déplacement,
  • Exigences de repérage: des bâtiments, des obstacles, des équipements, des parties vitrées, des marches isolées,
  • Exigence de contraste: voir et lire, repérer les dangers,
  • Exigences de qualité d’éclairage pour les cheminements, les équipements, ...

Le handicap auditif :

Le handicap auditif est la conséquence d’une perte partielle ou totale de la capacité à entendre et comprendre les sons de l’environnement.

Difficultés

  • Accéder à l’information (signalisation visuelles, annonces...),
  • Communiquer,
  • Se repérer et s’orienter dans les endroits inconnus.

Besoins

  • Protection des piétons à proximité des lieux « véhicules »,
  • Repérage visuel du fonctionnement de gâche électrique,
  • Exigences de communication visuelle,
  • Exigences de qualité sonore dans les circulations communes et les halls,
  • Exigences de signalisation adaptée à la déficience auditive,
  • Lisibilité des espaces.

Le handicap mental et psychique :

Le handicap mental est la conséquence d’une déficience intellectuelle. Il se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation et de communication.

Le handicap psychique est, quant à lui, la conséquence d’une maladie mentale ou de troubles du développement mental. La personne souffre de déséquilibres d’origines diverses qui entachent son mode de comportement d’une façon momentanée ou durable et inégalement grave. Il n’affecte donc pas directement les capacités intellectuelles mais plutôt leur mise en œuvre.

Plusieurs caractéristiques communes sont à relever dans ces différents types de handicap. En effet, ces publics ont souvent des difficultés à se situer dans l’espace et le temps.

Difficultés

  • Entrer en relation avec autrui,
  • Mémoriser les informations,
  • Se repérer et s’orienter dans le temps et dans l’espace,
  • Utiliser les différents équipements à disposition.

Besoins

  • Signalisation adaptée: visible, lisible et compréhensible,
  • Qualité de la signalétique, de l’ambiance (éclairage, acoustique...), lisibilité des espaces.