L'éthylotest anti-démarrage, nouvelle alternative à la suspension de permis

 
 
L'éthylotest anti-démarrage, nouvelle alternative à la suspension de permis

Dans l’ensemble du territoire à partir du 12 mars 2019, les personnes contrôlées en situation d’alcoolémie relevant du tribunal correctionnel

pourront éviter, sur décision préfectorale, la suspension de leur permis moyennant l’obligation de conduire un véhicule équipé d’un éthylotest antidémarrage.

Après une expérimentation dans sept départements (Drôme, Finistère, Loiret, Manche, Nord, Vendée et La Réunion), ce dispositif inédit a fait ses preuves.

Les préfets de tous les départements ont la possibilité désormais de demander à certains automobilistes contrôlés en situation d'alcoolémie d'installer dans leur véhicule un éthylotest antidémarrage (EAD) en alternative à une suspension de permis de conduire.

Véritable alternative à la suppression de permis, le dispositif EAD permet aux contrevenants non récidivistes et arrêtés avec un taux d’alcoolémie inférieur à 1,8g/L de continuer à conduire à condition que les tests quotidiens soient négatifs.

C'est une initiative qui permet d'atteindre plusieurs objectifs de la sécurité routière en même temps. En effet, d'une part, le dispositif garantit que les usagers de la route soient en sécurité ; d'autre part cela permet de responsabiliser les contrevenants.

C'est de plus une chance pour les personnes pour qui la détention d’un permis conditionne l'activité professionnelle : l'EAD permet de conserver l'usage de son véhicule et ainsi potentiellement de maintenir son emploi.

Capture

Pour plus d'informations, consultez le communiqué de presse :

> CP-Generalisation-EAD-alternatif1 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Plus d'informations sur le site de la sécurité routière