2021

Kingersheim : Deux modèles d’économie sociale portés par les salariés et par les citoyens

 
 
Kingersheim : Deux modèles d’économie sociale portés par les salariés et par les citoyens

A l’invitation de Laurent Riche, maire de Kingersheim, le sous-préfet de Mulhouse, Alain Charrier, s’est rendu vendredi 30 avril sur deux sites économiques de la commune, dont la pérennisation a été rendue possible par la volonté des salariés et des citoyens.

Le député Bruno Fuchs et le sénateur Ludovic Haye ont également participé à ces visites.

 

Maurer Tempé Alsace : L'entreprise qui appartient à ses salariés

Accueilli par Mathieu Rouillard, président directeur général (PDG) élu et directeur commercial, le sous-préfet a visité les installations de l’entreprise Maurer Tempé Alsace Groupe SCOP MTA sur son site de 12 000 m² à Kingersheim.

Mathieu Rouillard a présenté au sous-préfet les étapes historiques de l’entreprise et son modèle économique actuel.

Dates historiques de l'entreprise :

1876 : Création de la Centrale de charcuterie alsacienne (CCA).

1910 : Ouverture de la boucherie Gustave Tempé rue des Abeilles à Mulhouse.

1921 : Les frères Henri et Jules Maurer ouvrent une boucherie rue de l'Arsenal à Mulhouse.

1980 : Maurer Frères est racheté par Coop Alsace et le groupe bâlois Bell.

1991 : Tempé prend le contrôle de la CCA.

2012 : Maurer achète Tempé.

Avril 2019 : Passage en Scop Maurer Tempé Alsace.

La Scop (société coopérative et participative) Maurer Tempé Alsace est née le 1er avril 2019 à la suite d'un redressement judiciaire de l’entreprise : dépôt de bilan en 2016 suivi de plusieurs plans de continuité, plans de sauvegarde, etc. 

Si les magasins Maurer-Tempé ont été contraints de fermer leurs portes suite à leur liquidation judiciaire, l'usine de production de charcuterie de Kingersheim a pu être reprise par 119 salariés sur 135, bien décidés à perpétuer et développer le savoir-faire de l’entreprise. Les salariés ont ainsi investi financièrement dans l’entreprise et en sont devenus les principaux actionnaires.

La Scop Maurer Tempé Alsace est une entreprise qui favorise la participation et l’implication des salariés : les salariés sont associés et partagent équitablement le pouvoir, les risques, l’information et les profits. Ils détiennent majoritairement le capital social et ont le droit de vote pour les grandes décisions stratégiques : élection de l’équipe dirigeante, investissements majeurs, répartition des résultats, etc.

L’équipe dirigeante nominée est composée de 16 personnes représentant tous les organes de l’entreprise.

La réorganisation managériale de l'usine a permis d'améliorer sa capacité de production et sa rentabilité, en axant principalement sur :

  • une plus forte automatisation (prioritairement dans le domaine du conditionnement),
  • la mise en œuvre d'indicateurs de production
  • une communication axée sur la qualité des produits et le made in Alsace.

Le site s’est également doté d’une équipe « Qualité » composée de 4 personnes et d’une laborantine. Ainsi, tous les tests sont réalisés sur site et permettent un gain de temps lucratif.

Mathieu Rouillard a présenté au sous-préfet de Mulhouse les projets d’investissement de l’entreprise, soutenus notamment par l’union régionale des Scops Grand Est et la Région Grand Est.

L’entreprise a par ailleurs sollicité le soutien financier de l’État en déposant un dossier de demande de subvention dans le cadre du plan de relance de l’État. Elle espère ainsi pouvoir accélérer ses projets d’investissement.

Soutenue par la commune de Kingersheim, la région Grand Est et les parlementaires haut-rhinois, la reprise de l’usine en Scop est une belle réussite à la fois humaine, commerciale et industrielle.

La croissance de l’entreprise Maurer-Tempé Alsace perdure : elle s’est imposée aujourd’hui comme un acteur incontournable du patrimoine culinaire alsacien.

Aujourd’hui, les 123 salariés associés de l'entreprise Maurer-Tempé Alsace sont fiers d’afficher un chiffre d’affaire réalisé à 51 % en dehors de l'Alsace. Leur objectif est le développement de la commercialisation à l'export (pour l’instant réalisée en Allemagne), en se basant sur leur savoir-faire, en faisant le choix de la qualité, et en tentant de relocaliser leurs approvisionnements pour favoriser les circuits courts.

Lors de ce déplacement, le sous-préfet a visité les différents outils de production : charcuterie, salaison, fumage, traiteur, etc. et il a pu constater les process en matière d’hygiène et de nettoyage des hommes et des machines.

Le sous-préfet a salué l’exceptionnel rebond de cette entreprise possible grâce à belle obstination et la remarquable motivation qui anime les salariés associés.

Il a également souligné le rôle majeur de l’entreprise au sein du tissu économique local.

 

L'association Les Sheds : un projet éco-citoyen

Le sous-préfet de Mulhouse s'est rendu ensuite dans les locaux de l'association Les Sheds.

Fondée en septembre 2007 par trois amis, l’association Les Sheds porte un projet basé sur la préservation du patrimoine et le développement d’activités économiques dans le domaine de l’alimentation et de la culture.

En 2014, grâce au soutien de la ville de Kingersheim, l’association s’installe et réhabilite le site d’une friche industrielle, patrimoine de la commune. Les bâtiments témoignent de cette histoire par leur silhouette typique de toits en épis.

Les Sheds s’identifient aujourd’hui comme un lieu de vie, d’animation de partage et de solidarité intergénérationnel. L’association développe la convivialité et le lien social dans un lieu multi-services qui propose un restaurant avec une cuisine originale à base de produits locaux et une épicerie, axée sur le soutien et le développement de l’agriculture biologique et locale dans une démarche zéro déchet.

La livraison à domicile par l'association des produits aux clients est possible grâce au prêt par la ville de Kingersheim des vélos adaptés à cette activité.

L’association porte aussi l’organisation d’un marché paysan, seul marche m2a 100% bio et labellisé commerce équitable, qui rassemble chaque mercredi des agriculteurs, éleveurs et producteurs locaux en vente direct.

Le lieu dispose également un potager pédagogique, situé à quelques centaines de mètres du bâtiment et qui permet d’apprendre les techniques du jardinage naturel et respectueux de l’environnement.

Le lieu accueille également des événements culturels, avec une programmation par opportunité : concerts, expositions, dîners-spectacles, etc.

Enfin, l’association organise chaque année le Festival « 6 pieds sur Terre » à Kingersheim, un rendez-vous familial et éco-citoyen fait de concerts, spectacles, ateliers, jeux et découvertes culinaires.

Soutenu par la ville de Kingersheim, l’association témoigne d’une forte mobilisation citoyenne et compte de nombreux bénévoles.

IMG_0393-min

Dominique Collin, le Président-cofondateur, a présenté le projet de l'association au sous-préfet et Michael Hörn, responsable, a détaillé le bilan financier de l’association de ces dernières années : A noter que l’association a notamment permis la signature de 160 contrats depuis 2007 et l’accompagnement de 2014 à 2019 de 41 personnes en contrats aidés CUI-CAI.

Aujourd’hui, au regard de l’activité réduite, la situation financière de l’association est fragile mais les responsables croient encore en la pérennité de son développement et organisent en mai 2021 une réunion de réflexion sur le bilan et l’image de l’association et sur les projets à favoriser dans les années à venir.

Le sous-préfet s’est montré étonné par la longévité de cette initiative, malgré les difficultés surmontées : la fin des contrats aidés en 2018-2019, la crise sanitaire du Covid, etc. Il a félicité la réussite de ce projet issu d’un mouvement de réflexion citoyenne.

Il a aussi encouragé la volonté de l’association de vouloir partager son expérience avec d’autres initiatives locales naissantes pour essaimer leur compétence, acquis et pratiques.