Épisode de pollution atmosphérique de particules fines PM10 dans le Haut-Rhin

Mis à jour le 12/01/2024
Communiqué de presse du 12 janvier 2024

ATMO Grand Est, association à but non lucratif chargée de la surveillance de la qualité de l'air dans la région, indique que le seuil d'alerte (par persistance) de pollution atmosphérique aux particules fines PM 10 accompagnées d'une forte concentration d'ammoniac d'origine agricole et d'oxydes d'azote, sera dépassé à partir de demain, samedi 13 janvier 2024.

Cet épisode de pollution sera principalement localisé sur la ville de Mulhouse. Il est du en partie aux particules carbonées, provenant du chauffage dans un contexte de baisse des températures, liées aux conditions atmosphériques hivernales.

Afin de limiter l’émission de polluants, Thierry Queffélec, préfet du Haut-Rhin, a pris les mesures suivantes :

  • tout brûlage des déchets verts à l’air libre est interdit, sauf pour motif de sécurité publique ; les éventuelles dérogations pour raisons phytosanitaires ou agronomiques sont suspendues ;
  • l’écobuage, le brûlage des résidus agricoles et des déchets forestiers sont interdits, sauf raison de sécurité ;
  • les travaux générateurs de poussières (chantier de démolition, ...) sur les chantiers ne peuvent être réalisés que si un arrosage permettant l’abattage des poussières est mis simultanément en œuvre ;
  • les feux d’artifice sont interdits ;
  • l’utilisation du bois et ses dérivés comme chauffage d’agrément dans tous les logements, dès lors qu’il n’est pas une source indispensable de chauffage est interdite ;
  • les exploitants des installations classées soumises à autorisation s’assurent du bon fonctionnement des dispositifs de filtration et mettent en œuvre le cas échéant les mesures prévues dans leur arrêté d’exploitation pour le niveau d’alerte 1 ;
  • la vitesse maximale autorisée sur les axes autoroutiers et chaussées à voies séparées est réduite de 20 km/h sans descendre en dessous de 70 km/h pour toutes les catégories d’usagers dans les deux sens de circulation ; Cette mesure ne concerne pas les les véhicules des forces de l'ordre et de sécurité civile, les véhicules des services d'incendie et de secours et les véhicules d'urgence médicale (SAMU, SMUR-ATSU)
  • Les collectivités ayant défini des plans d’urgence mettent en œuvre les actions les plus adaptées.

L’arrêté préfectoral portant mise en œuvre des mesures d’urgence suit à ce pic de pollution atmosphérique est consultable sur le site des services de l’État dans le Haut-Rhin, via le lien : https://www.haut-rhin.gouv.fr/contenu/telechargement/44209/307329/file/RAA%20n%C2%B05%20du%2012%20janvier%202024.pdf

Pour protéger la population des effets de ce pic de pollution, le préfet formule également les recommandations suivantes :

De manière générale, il conseille de :

  • Privilégier des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • Limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétition) en plein air ;
  • Éviter les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe ;

Il recommande aux populations vulnérables1 et sensibles2 de :

  • Éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords aux périodes de pointe ;
  • Privilégier les activités modérées.

En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, il est nécessaire de prendre conseil auprès de son médecin pour savoir si son traitement médical doit être adapté le cas échéant.

En outre, le préfet du Haut-Rhin invite également à :

  • être vigilant sur l’état des installations de combustion et sur le bon fonctionnement des dispositifs anti-pollution ;
  • éviter l’usage du vélo ou de la marche pour les personnes les plus sensibles à la pollution ;
  • privilégier la voiture en covoiturage ou l’usage des transports en commun ; adopter sur la route une conduite souple en modérant sa vitesse ;

Pour connaître des informations complémentaires sur la qualité de l’air et sur l’évolution de la procédure d’alerte, veuillez consulter le site internet d’ATMO Grand Est : www.atmo-grandest.eu

1 femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques, ou présentant une pathologie cardiaque ou respiratoire, personnes présentant des symptômes lors des pics de pollution (personnes diabétiques, immunodéprimées…).

2 Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire,infectieux).