2019

Service national universel (SNU) : Un projet d’émancipation et de responsabilisation

 
 
Service national universel (SNU) : Un projet d’émancipation et de responsabilisation

Mercredi 20 novembre, Laurent Touvet, préfet du Haut-Rhin, a présidé le comité de pilotage du Service national universel (SNU).
Les acteurs concernés ont échangé sur le déploiement du SNU dans le Haut-Rhin, afin de contribuer à l'objet national de 30 000 jeunes volontaires par an.
 

Le Service national universel (SNU) s’adresse aux jeunes filles et garçons âgés de 15 à 16 ans. C'est un projet d’émancipation et de responsabilisation, complémentaire de l’instruction obligatoire.

Sa mise en œuvre poursuit trois objectifs :

  • Renforcer la cohésion nationale et territoriale ;
  • Développer une culture de l’engagement ;
  • Accompagner l’insertion sociale et professionnelle des jeunes.
objectifs
Le Service National Universel (SNU), c'est :
  • Deux phases obligatoires :
    - une phase de cohésion : 2 semaines dans une brigade de 200 jeunes dans une autre région, l’année qui suit la classe de 3ème
    - une mission d’intérêt général : 2 semaines près de chez soi, dans les mois qui suivent le séjour de cohésion
  • Une phase facultative : Chaque jeune à l’issue de la période obligatoire peut ensuite poursuivre une période d’engagement de 3 mois minimum, dans le département de son choix, entre 16 et 25 ans.
étapes

La phase de cohésion

Elle offre à chaque jeune l’occasion de découvrir un autre territoire. Il s'agit d'un séjour de cohésion de deux semaines obligatoire, destiné à transmettre un socle républicain fondé sur la mise en activité, les symboles collectifs et l’esprit de défense.

C’est également une opportunité de vie collective pour lui permettre de créer des liens nouveaux, d’apprendre la vie en communauté, de développer sa culture de l’engagement et ainsi affirmer sa place dans la société.

questions phase cohésion
programme phase cohésion

La mission d'intérêt général

Dans l’année qui suit le séjour de cohésion : une mission d’intérêt général, de 12 jours consécutifs, ou de 84 heures sur un an.

Cela peut prendre la forme d’un projet collectif accompagné par une structure d’intermédiation ou encore une formation en vue d’un engagement volontaire.

Ces missions peuvent être menées auprès d’associations (hébergement d’urgence, intergénérationnel, aide aux personnes vulnérables, etc.), de collectivités locales (CCASCentre communal d'action sociale, SDISService départemental d'incendie et de secours, etc.), de structures publiques (services déconcentrés ou établissements publics) ou de corps en uniforme (jeunes sapeur pompiers volontaires, dispositifs de « cadets » des armées et des forces de sécurité intérieure, etc.)

mission intérêt général

L'engagement

À l’issue de sa mission d’intérêt général, chaque volontaire peut s’engager sur une mission (service civique, service militaire volontaire, volontariat en administration, engagement en tant que jeune sapeur-pompier, réservistes, etc.) d'une durée entre 3 mois et 1 an.


Le contenu du SNU s’articule autour de 7 thématiques majeures et 3 bilans, déclinés dans tous les centres.

Son programme est fixé nationalement, mais est enrichi selon les spécificités locales :

7 thématiques :

  • Défense, sécurité et résilience nationales ;
  • Développement durable et transition écologique ;
  • Citoyenneté et institutions nationales et européennes ;
  • Culture et patrimoine ;
  • Activités physiques, sportives et de cohésion ;
  • Autonomie, connaissance des services publics et accès au droit ;
  • Découverte de l’engagement.

Des bilans personnels :

  • Un bilan de santé
  • Un « point d’étape sur les compétences et l’orientation » structuré en 3 temps distincts : le test de détection de l’illettrisme actuellement pratiqué dans le cadre de la JDC, un bilan sur les compétences numériques et un bilan sur les compétences transversales.

Consulter le guide : tout ce qu'il faut savoir sur le SNU

> SNU_6_pages__162x263_web_1_ - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,93 Mb

En 2019, 13 département pilotes, ont proposé à 2 000 jeunes de vivre cette expérience.

départements pilotes

Les services de l’État du Haut-Rhin travaillent actuellement au développement du service national universel dans le département.