2020

Saint-Louis : Hommage de la municipalité au maire Jean-Marie Zoellé

 
 
Saint-Louis : Hommage de la municipalité au maire Jean-Marie Zoellé

Le préfet a participé à la cérémonie d'hommage rendu par la municipalité à son maire Jean-Marie Zoellé, décédé du Covid-19, le 6 avril 2020.
 

Après un accueil par Madame Pascale Schmidiger, maire de Saint-Louis, Monsieur Jean Uberschlag, député honoraire prédécesseur et ami de Jean-Marie Zoellé a retracé sa carrière et ses réalisations au cours de ses cinq mandats municipaux successifs.

Le préfet a ensuite pris la parole et dans son discours, il a souligné l'exceptionnelle stature de l'élu bâtisseur, respecté et aimé.

Le préfet a rendu hommage à l'action de Monsieur Zoellé, en tant que maire et également comme membre du conseil du conseil d'administration de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Il était notamment fortement impliqué dans la coopération trinationale et la défense de l'environnement. Il a toujours œuvré pour promouvoir l'action communale et la rendre plus proche des concitoyens.

Monsieur Zoellé avait été décoré en décembre 2019 de la médaille d'honneur régionale, départementale et communale, échelon vermeil.

En présence d'une assistance nombreuse et recueillie, son nom a été donné au bâtiment emblématique du Forum de Saint-Louis. Les petits-enfants de Jean-Marie Zoellé ont dévoilé la plaque officielle, en compagnie de Madame Schmidiger.
 


Hommage Public à

Jean-Marie Zoellé, maire de Saint-Louis

Saint-Louis, 3 juillet 2020

discours de Laurent TOUVET, Préfet du Haut-Rhin

Seul le prononcé fait foi

Madame,

Madame le maire de Saint-Louis,

Monsieur le député honoraire,

Quel choix symbolique de la collectivité de baptiser un si bel équipement que le Forum de Saint-Louis du nom de celui qui a été depuis 1989 un adjoint puis un maire bâtisseur, un maire reconnu, un maire aimé !

Si riche de sens, comme lieu de rencontre des cultures et des gens, d’enrichissement des différences dans un territoire trinational si imbriqué,

Lieu de croisement des activités quotidiennes des Ludoviciens et de leurs associations et de grands événements comme cette Foire du livre plus que trentenaire et aujourd’hui nationalement reconnue.

Quel juste hommage à Jean-Marie Zoellé que vous avez tous connus et qu’à titre personnel j’ai côtoyé près de quatre ans avec une particulière estime dans ses fonctions d’élu local. Comme porteur des projets de sa ville et de l’agglomération dont elle constitue le cœur vivant, le cœur battant, mais également comme administrateur assidu, attentif, au jugement aiguisé siégeant au conseil d’administration de l’aéroport de Bâle-Mulhouse.

Dans une commune qui célèbre et reconnaît l’art, notamment grâce à la fondation Fernet Branca, mais également dans la qualité de ses aménagements architecturaux et dans l’accueil des écrivains, me vient spontanément une image forte de l’homme qui m’a accueilli dès mes premières visites de préfet dans sa commune.

Cette image est celle de la sculpture mondialement connue d’Alberto Giacometti, :

« l’homme debout »,

  • à la forme effilée, fragile et dynamique à la fois,
  • le regard tourné vers l’horizon
  • la démarche assurée, le buste légèrement incliné
  • et aux pieds puissamment fixés dans le sol.

Dans chacun de ces traits on reconnaîtra l’homme, l’élu, et pour beaucoup l’ami.

Il vous a , il nous a … fait partager une vision de l’avenir de sa ville dans une démarche assurée. Il l’a construite, patiemment, dans les pas de son prédécesseur et ami, Jean Uberschlag.

Dans ce dialogue clair, régulier et intense avec sa population, ses services, ses homologues de Saint-Louis Agglomération mais également avec les services de l’État.

Son accueil chaleureux à mon arrivée a été, pour moi, l’occasion de découvrir dans un tableau passionné brillamment brossé, la diversité de Saint-Louis et des alentours, sa richesse humaine et sa volonté de se projeter.

L’histoire personnelle de Jean-Marie Zoellé est celle d’une fidélité exemplaire, à son territoire qu’il vantait si bien, à ses idées qu’il défendait avec vigueur, avec rugosité parfois, mais dans un dialogue respectueux des convictions de ses interlocuteurs et soucieux d’en tirer le meilleur pour sa ville et ses administrés.

Défenseur de la proximité dans les contacts quotidiens comme dans les aménagements urbains. Attentif aux plus fragiles et rigoureux dans l’application de la loi, à lui-même, comme aux autres, Jean-Marie Zoellé a su tirer de chaque épreuve un enseignement et construire chaque jour de nouvelles opportunités pour les Ludoviciens.

Défenseur de la qualité de la vie dans ses dimensions environnementales comme sécuritaires, aménageur infatigable des plus grands équipements (la ligne 3 du Tram de Bâle) aux plus modestes jardins de quartier, chacun peut témoigner avoir rencontré sans difficulté sans filtre un élu attentif et soucieux du bien-être commun.

Défenseur raisonné d’une ambition économique pour son territoire, Jean-Marie Zoellé a été un administrateur exigeant au conseil d’administration de l’aéroport de Bâle-Mulhouse en matière de soutenabilité environnementale de tous ses projets. Son jugement clairvoyant, sûr et expert a éclairé sans exclusive les travaux du conseil auquel nous participions tous deux, avec beaucoup d’autres que je vois ici présents.

Défenseur d’une humanité profonde qui lui a fait réunir dans ses « Marches de la paix » toutes les composantes de la société locale,

Saint-Louis était son socle, sa terre, sa glaise dont il a tiré cette force exceptionnelle qui a marqué cinq mandats d’élu municipal dans l’estime de tous et la reconnaissance de chacun.

Aujourd’hui, je voudrais témoigner auprès de vous tous que le souvenir de son action est protecteur !

  • protecteur de sa ville qu’il aimait tant ;
  • protecteur de ses projets qu’il a si haut portés ;
  • protecteur de chacun des Ludoviciens et de ses compagnons et amis de mandats.

Élu de la nation, Jean-Marie Zoellé a été un exemple. Il laisse une trace, une exigence pour l’avenir et une grande responsabilité pour ceux qui, avec lui, ont conduit tant de combats victorieux !