Permis de conduire : 3 nouvelles mesures pour un nouveau permis

 
 
Permis de conduire : 3 nouvelles mesures pour un nouveau permis

Permis à 17 ans, conduite sur simulateur, formation sur boîte automatique, les 3 premières mesures de la réforme du permis de conduire entrent en vigueur.
 

Le 2 mai 2019, le ministre de l'Intérieur a présenté dix mesures de réforme du permis de conduire.

Les trois premières ont fait l’objet d’arrêtés. Elles sont applicables dès le 22 juillet 2019.

L’objectif de ces mesures est de rendre le permis de conduire moins cher et de raccourcir les délais pour le passer. Ainsi, améliorer l’accessibilité du permis permet de favoriser la mobilité de chacun.

Mesure n°1 : le passage de l'épreuve pratique à 17 ans

vignette-permis-1

Pour faciliter la préparation de l’examen et augmenter l’expérience du jeune conducteur, l’âge du passage du permis en conduite accompagnée est abaissé à 17 ans au lieu de 17 ans et demi.

A partir de 17 ans, le jeune conducteur peut ainsi obtenir son permis et conduire avec un accompagnant et, dès sa majorité, il pourra conduire seul.
Cette mesure permet de diminuer le délais d’attente avant de pouvoir passer l’examen. Elle génère aussi une réduction du coût du permis de conduire, puisque l’abaissement de l’âge minimum permet de réduire le nombre de leçon avec l’auto-école. Ainsi, les candidats réussissent généralement l’épreuve pratique du premier coup (74,5% contre 57,7% en moyenne).

Mesure n°2 : la formation sur simulateur de conduite favorisée

vignette-permis-2

Pour atteindre son objectif de réduire de 30% le prix du permis, le Gouvernement mise entre autres sur des modes d’apprentissages moins chers, comme c’est le cas avec les simulateurs.

La durée d’apprentissage sur simulateur est ainsi étendue de 5 à 10 heures. Ces heures sont facturées moins cher que celles de conduite puisqu’elles n’incluent pas le prix du carburant ou de l’amortissement de la voiture. Sur une formation de 30 heures, réaliser 10 heures sur simulateur permet d’économiser environ 135€.

Plus écologique et donc moins onéreuse, cette technologie offre l’opportunité aux apprentis conducteurs d’appréhender notamment des situations peu courantes (ex : montagne, neige, trafic dense) avant d’être derrière un vrai volant.

Le Gouvernement accompagnera les auto-écoles dans l’acquisition de simulateur avec la mise en place d’une mesure d’incitation fiscale (suramortissement).

Mesure n° 3 : la conversion du permis « boîte automatique » facilitée

vignette-permis-3

Pour réduire les délais de passage du permis, le Gouvernement met l’accent sur l’apprentissage sur des voitures à boîte automatique. Ces véhicules permettent au candidat de se concentrer essentiellement sur l’environnement et les situations de conduite rencontrées, sans devoir se préoccuper de la maitrise des commandes qu’implique le changement de vitesse.

Ainsi, l’apprentissage de la conduite est réduit à minimum 13h avec une voiture à boite automatique au lieu de 20h. Les 20h minimum restent la norme pour les boites manuelles. De ce fait, le coût de la formation est ainsi moins élevé avec une boite automatique qu’une boite manuelle.

Après avoir obtenu son permis, le jeune conducteur pourra conduire sur une boîte manuelle au bout de 3 mois et non plus 6 mois comme c’était le cas.